webleads-tracker


Témoignage Ostéopathe
"L'échographie me permet réellement d'adapter les soins à chaque patient. C'est un apport formidable pour suivre l'évolution du traitement."


M. Jean-Philippe Leroux

Ostéopathe à Saint-Hilaire-du-Harcouët

M. Jean-Philippe Leroux, Ostéopathe à Saint-Hilaire-du-Harcouët, est pionnier de l’échographie dans son domaine. Dans ce témoignage passionnant, il nous explique à quel point l’échographie représente un outil exceptionnel en ostéopathie pour affiner et adapter le geste thérapeutique à chaque patient et suivre l’évolution des traitements.

Pour recevoir des informations sur nos échographes, Contactez-nous !

* : Champs requis

Pour recevoir des informations sur nos échographes et bénéficier d’une démonstration gratuite, remplissez le formulaire ci-dessous ou appelez nous au 09 54 97 15 57

Quels sont les apports de l’échographie pour l’ostéopathie ?
L’échographie est un outil formidable pour ma pratique d’Ostéopathe ! Son intérêt est double. D’abord, je l’utilise pour compléter l’analyse des signes cliniques, m’assurer qu’un geste ostéopathique est pertinent et personnaliser les soins apportés au patient. Pour les pathologies d’épaule par exemple, les patients consultent régulièrement en ostéopathie en première intention. Avec l’échographie, je peux visualiser l’état de la coiffe des rotateurs et adapter mon traitement. Si je suspecte une rupture du supra-épineux, je peux l’objectiver à l’échographie. Cette lésion peut nécessiter un geste chirurgical : je réoriente alors rapidement le patient vers son médecin pour qu’il vérifie mon analyse et pose un diagnostic. C’est le chirurgien qui décide d’intervenir ou non. Chez certains patients, la chirurgie n’est pas recommandée et je peux, dans un second temps, réaliser des techniques qui soulagent leur douleur et leur redonnent de la fonctionnalité.

L’échographie me permet ensuite de mesurer l’évolution de la pathologie du patient au fil des séances. S’il est suivi pour une tendinopathie par exemple, grâce à l’échographie, je peux mesurer l’amélioration de la structure du tendon (son épaisseur, la présence d’épanchement dans la gaine séreuse, etc…). J’évalue la corrélation entre les signes cliniques et les images échographiques et j’affine, en fonction de ces données, la prise en charge de chaque patient. Je personnalise le traitement. Vis-à-vis des patients, c’est également très bénéfique : cela les place directement dans un climat de confiance, ils se sentent rassurés que les soins soient personnalisés et de meilleure qualité, et surtout, je peux leur faire visualiser les progrès réalisés grâce aux images.

L’échographie me permet ensuite de mesurer l’évolution de la pathologie du patient au fil des séances. S’il est suivi pour une tendinopathie par exemple, grâce à l’échographie, je peux mesurer l’amélioration de la structure du tendon (son épaisseur, la présence d’épanchement dans la gaine séreuse, etc…). J’évalue la corrélation entre les signes cliniques et les images échographiques et j’affine, en fonction de ces données, la prise en charge de chaque patient. Je personnalise le traitement. Vis-à-vis des patients, c’est également très bénéfique : cela les place directement dans un climat de confiance, ils se sentent rassurés que les soins soient personnalisés et de meilleure qualité, et surtout, je peux leur faire visualiser les progrès réalisés grâce aux images.

Quels sont les trois examens que vous pratiquez régulièrement ?
Je pratique régulièrement des échographies de l’épaule, du genou et du coude. D’une manière générale, j’utilise l’échographie uniquement dans le cadre des pathologies musculo-squelettiques. Je réalise 2 à 3 échographies par jour, c’est devenu un outil indispensable à ma pratique quotidienne.





Echographe ultraportable U-Lite
dédié à l'ostéopathie

Comment vous êtes-vous formé à l’échographie ?
Je me suis formé et je continue à me former par l’Académie Sonoscanner. Sur le site dédié, je visionne les vidéos de formation qui montrent comment mener l’échographie et j’apprends à comparer une échographie normale à des images pathologiques. En deux mois, j’ai pu bien comprendre l’échographie de l’épaule ! J’arrive sans difficulté à identifier les structures anatomiques et je maîtrise de mieux en mieux les images pathologiques. L’académie Sonoscanner m’évite de passer par un DU qui n’est pas obligatoire, long et ne m’aurais pas permis de pratiquer aussi rapidement. Je viendrai peut être au DU plus tard. Aujourd’hui, il me reste encore du travail pour habituer mon œil et apprendre à reconnaître parfaitement les signes échographiques qui signent telle ou telle pathologie, mais la pratique quotidienne aide à avancer rapidement.

Pourquoi avez-vous choisi l’échographe ultraportable U-Lite de Sonoscanner ?
J’ai choisi le U-Lite pour la qualité de l’image avant tout : je recherchais un échographe avec une très belle qualité d’image, celle du U-Lite répondait totalement à mes attentes. L’ergonomie du logiciel est également très bien faite. Enfin, en tant que néophyte de l’échographie, pouvoir se former simplement et dès que j’en ai le temps grâce à l’Académie Sonoscanner est un atout majeur ! Je me connecte dès que j’ai une fenêtre libre dans mon agenda et je travaille sur les vidéos. Je ne suis pas contraint par les horaires comme ça aurait été le cas avec un DU.

Quel est, selon vous, l’avenir de l’échographie en ostéopathie ?
Je pense que cela va fortement se développer et devenir indispensable. Plus les ostéopathes auront de compétences et plus leur travail sera reconnu. L’idée d’utiliser l’échographie en ostéopathie n’est pas de réaliser des actes à la place des médecins. Ce n’est pas de notre compétence. Mais faire un premier dépistage lorsque les patients consultent en première intention pour lever des doutes et améliorer les décisions thérapeutiques, ça c’est possible. On optimise vraiment la prise en charge du patient. Que les ostéopathes se positionnent dans une démarche scientifique ne peut être que bénéfique. De mon côté, l’échographie est devenue un outil essentiel à ma pratique dont je ne pourrais plus me passer !

Trois modèles d'échographes pour s'adapter
à la pratique de chaque ostéopathe

U-lite, l'échographe de poche

  • Ecran couleur HD 7 pouces “multi-touch” ultra sensitive
  • 500 grammes
  • 2h30 d’autonomie
  • Démarrage immédiat (10 secondes)
  • 11 sondes disponibles
  • Doppler Couleur, Energie, Pulsé et Tissulaire
  • Modes B, TM, Duplex, Triplex
  •  Sortie HDMI pour écran et USB pour archivage
  • Chariot dédié, coque de protection et valide de transport

T-lite, LA TABLETTE ULTRAPORTABLE

  • Ecran couleur HD 10 pouces “multi-touch” ultra sensitive
  • 1 kilogramme
  • 5h d’autonomie
  • Démarrage immédiat (10 secondes)
  • 11 sondes disponibles
  • Doppler Couleur, Energie, Pulsé et Tissulaire
  • Modes B, TM, Duplex, Triplex
  •  Sortie HDMI pour écran et USB pour archivage
  • Chariot dédié, coque de protection et valide de transport

ORCHEO LITE, L'ÉCHOGRAPHE PORTABLE HD

  • Ecran HD 15″ LCD
  • 5,5 kg
  • 1h30 d’autonomie en fonctionnement
  • Démarrage rapide
  • Réglages personnalisables
  • Rapports automatiques
  • 8 sondes disponibles
  • Doppler Couleur, Energie, Pulsé et Directionnel Energie
  • Modes B, TM, Duplex, Triplex
  • 2 Ports USB 3.0, Port Ethernet et Port PS/2
  • Chariot dédié ultra maniable